Cancer avancé de la prostate : opérer ou pas ?

Jan 15, 2018 par

Le cancer de la prostate représente le cancer le plus fréquent chez l’homme âgé. Le traitement dépend du stade de la maladie et de son extension. Certains cancers avancés ont un risque important de se généraliser. Le traitement classique vise alors à « contenir » la maladie. De récentes études révèlent l’intérêt de la prostatectomie pour ces patients.

Traitement cancer de la prostate

Un cancer, différents stades…

Le cancer de la prostate est subdivisé en différents stades en fonction de l’étendue de la maladie.

Pour rendre compte de cette variété, on utilise la classification TNM : T pour Tumeur, N pour Nodes (ganglions en anglais) et M pour Métastases. Le stade est déterminé grâce à l’examen histo-pathologique d’une biopsie de la tumeur et un bilan complet.

La stadification va de T1 (cancer localisé à la prostate, asymptomatique) à M1 (présence de métastases dans des organes lointains, en général dans les os) :


T1 a et b Cancer découvert fortuitement lors de l’examen histologique après traitement chirurgical d’un adénome (tumeur bénigne) par voies naturelles ou voie haute
T1 c Cancer découvert suite à une élévation du PSA et non palpable au toucher rectal
T2 Tumeur palpable et atteignant moins de la moitié d’un seul lobe prostatique (T1a), un seul lobe mais plus de la moitié du lobe (T2b), ou les deux lobes (T2c)
T3 Tumeur palpable s’étendant en dehors de la capsule (enveloppe) prostatique
T4 Tumeur palpable envahissant les organes de voisinage (vessie ou rectum)
N0 Aucun ganglion envahi
N1 Un ganglion pelvien envahi (de moins de 2 cm de diamètre)
N2 Un ou plusieurs ganglion(s) envahi(s) mais aucun de plus de 5 cm
N3 Un ganglion de plus de 5 cm envahi
M0 Pas de métastase (hormis le ou les ganglion(s) locaux)
M1 Présence de métastases à distance

Contrairement aux premiers stades ou le pronostic est bon, les patients atteints de cancer de la prostate métastasé ont des taux de survie limités (pas plus de quelques années).

La question se pose du traitement des malades présentant un cancer de la prostate avancé avec un fort risque de développer des métastases.

Toujours un intérêt à traiter la tumeur initiale

Un traitement radical visant la tumeur initiale (prostatectomie ou radiothérapie) chez les hommes souffrant d’un cancer à fort risque de dissémination présente-t-il un intérêt pour la survie de ces derniers, par rapport à un traitement non invasif (la prise d’anti-androgènes) ? C’est la question que s’est récemment posée une équipe de chercheurs suédois.

Les résultats, publiés dans le journal European Urology, sont sans appel : lors d’un suivi sur 15 ans, la survie était améliorée de 25 % pour les patients ayant bénéficié du traitement radical.

Ce résultat n’est pas vraiment une surprise ; de précédentes études sur le cancer du rein ou de l’ovaire avaient déjà déterminé que le retrait de la tumeur initiale est toujours bénéfique pour la survie, même en présence de métastases. Dans une étude sur le cancer métastasé du colon, le taux de survie était amélioré de 8 % à 2 ans pour les patients ayant reçu une chimiothérapie seule, et de 30 % chez ceux ayant bénéficié d’une chirurgie de la tumeur initiale associée à une chimiothérapie.

Le traitement de la tumeur initiale, que ce soit par chirurgie ou par rayons, semblent donc freiner la généralisation du cancer de la prostate à fort risque métastatique.

Isabelle V., journaliste scientifique

– Survival Among Men at High Risk of Disseminated Prostate Cancer Receiving Initial Locally Directed Radical Treatment or Initial Androgen Deprivation Therapy. Prassanna Sooriakumaran et al. European urology, septembre 2017. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.eururo.2017.04.002
– Le cancer de la prostate – ligue-cancer. Consulté le 11 janvier 2018.
Isabelle V.
Journaliste scientifique
Passionnée de recherche clinique et pharmacovigilance.
Garde un penchant pour nos amis à quatre pattes.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.