L’exercice, pour soigner le cancer de la prostate ?

Jun 29, 2016 par

L’idée que des bienfaits thérapeutiques puissent être apportés par la pratique d’une activité physique régulière a mené les chercheurs à utiliser l’ exercice comme une possible « thérapie additionnelle » dans le cancer de la prostate.

exercice cancer prostate

Exercice et bénéfices thérapeutiques

L’exercice pourrait avoir un effet bénéfique comparable à ceux d’un traitement dans le cancer de la prostate. Cette hypothèse a motivé la réalisation d’une étude clinique de phase III (étude dite pivot, permettant de prouver, ou non, l’efficacité d’un traitement) actuellement en cours et présentée début juin lors de la conférence annuelle de l’ASCO (American Society for Clinical Oncology). Fred Saad, spécialiste du cancer de la prostate, pense que « l’exercice pourrait avoir des bienfaits allant au-delà d’une simple amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes d’un cancer », selon un article paru le 10 juin dans my CME. L’exercice pourrait donc potentiellement être considéré comme un traitement complémentaire des thérapies traditionnellement utilisées chez les hommes atteints du cancer de la prostate.

L’exercice, en thérapie additionnelle

L’objet de l’essai clinique de phase III est de comparer la survie des patients ayant suivi un programme d’exercice physique en plus du traitement, avec celle des patients ayant reçu le traitement sans pratiquer d’exercice, sur 24 mois. Un certain nombre de facteurs seront étudiés, notamment, le temps de progression de la maladie, l’évolution de la douleur, l’inflammation, les marqueurs d’hormones androgènes. Ainsi, l’étude permettrait de comprendre les mécanismes par lesquels l’activité physique retarderait la progression du cancer.
L’étude initiée en Irlande et en Australie prévoit d’inclure au moins 866 hommes atteints de cancers de la prostate jugés « agressifs » et viserait une réduction de la mortalité de 22%, ce qui représenterait 6 mois de vie supplémentaires pour ces patients, dont l’espérance de vie est en moyenne de deux à trois ans.
Les résultats de cet essai clinique de phase III ne devraient pas être connus avant au moins cinq ans.

Yasmine Z., Journaliste Scientifique


Sources :
Saad F. et al. Intense exercise for survival among men with metastatic castrate-resistant prostate cancer (INTERVAL – MCRPC): A Movember funded multicenter, randomized, controlled phase III study. 2016 ASCO Annual Meeting, Abstract Number: TPS5092
Exercise is as Effective in Treating Metastatic Prostate Cancer as Medication. My CME. 10 juin 2016

Yasmine Z.

Journaliste Scientifique.

Biologiste spécialisée en Pharmacologie Clinique.

Passionnée d’écriture, elle a un tempérament créatif et un style d’aplomb.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.