Vers un dépistage à domicile du cancer de la prostate ?

Jan 16, 2020 par

Et s’il était désormais possible de faire un dépistage d’un cancer de la prostate depuis chez soi ? C’est ce que suggère l’invention par des scientifiques britanniques d’un nouveau test urinaire à réaliser soi-même et permettant de s’affranchir d’examens désagréables habituellement réalisés en clinique.

depistage-cancer-prostate

Le cancer de la prostate en France

Cancer le plus répandu chez les hommes de plus de 50 ans, le cancer de la prostate est à l’origine de 9 000 décès par an en France. Si les progrès dans le diagnostic et les traitements ont permis d’améliorer visiblement la survie des patients ces dernières années, les avancées de la recherche en matière de prévention, dépistage et traitement demeurent cruciales.

A ce jour, le cancer de la prostate est principalement diagnostiqué au moyen de tests sanguins, d’IRM, de biopsies et d’un examen désagréable : le toucher rectal.

À savoir ! Le diagnostic de première intention du cancer de la prostate repose sur le toucher rectal qui doit être réalisé de façon systématique. Le cancer est soupçonné quand le médecin détecte un nodule dur, irrégulier mais non douloureux. Toute anomalie détectée doit donner lieu à des biopsies de la prostate.

Dans ce contexte, des chercheurs britanniques viennent de mettre au point un nouveau test de dépistage du cancer de la prostate à réaliser chez soi.

Dépister le cancer de la prostate à domicile

Baptisé PUR, pour “Prostate Urine Risk”, ce nouveau dispositif éviterait le passage en clinique et les examens désagréables, comme le toucher rectal. Ce test rapide consiste en un simple test urinaire, à réaliser chez soi et dont les résultats peuvent ensuite être envoyés dans un laboratoire pour être interprétés.

L’équipe de chercheurs britanniques a  souhaité comparer le degré d’efficacité du test PUR et l’examen du toucher rectal. Pour ce faire, elle a recruté 14 hommes qu’elle a soumis à un examen médical par toucher rectal. Les 14 participants sont ensuite rentrés chez eux où ils ont effectué le test PUR pour une seconde évaluation de leurs risques de développer un cancer de la prostate.

A l’issue de ces deux tests, les chercheurs ont comparé les résultats obtenus :“Nous avons constaté que les échantillons d’urine prélevés à domicile montraient les bio-marqueurs du cancer de la prostate beaucoup plus clairement qu’après un examen rectal. »

Interrogés sur leur ressenti, les patients ont par ailleurs jugé le test urinaire « préférable » au toucher rectal.

Evaluer le niveau d’agressivité du cancer de la prostate

En plus de sa simplicité d’utilisation, ce nouveau dispositif pourrait également permettre d’évaluer le niveau d’agressivité du cancer de la prostate :

“Ce test examine l’expression des gènes dans les échantillons d’urine et fournit des informations vitales sur le caractère agressif ou le “faible risque” d’un cancer. La collecte d’urine de la première miction des hommes de la journée signifie que les niveaux de bio-marqueurs de la prostate sont beaucoup plus élevés et plus constants, ce qui représente une grande amélioration”, explique le Dr Jeremy Clark, co-auteur de l’étude.

Cette information aiderait à déterminer si les patients auront besoin ou non d’un traitement jusqu’à cinq ans plus tôt que ce que permettent aujourd’hui les méthodes cliniques standards : « Le cancer de la prostate se développe lentement, et (…) les médecins ont du mal à prédire quelles tumeurs deviendront agressives, ce qui rend les choix de traitements difficiles pour de nombreux patients ».

Ce nouveau dispositif permettrait enfin d’affranchir beaucoup d’hommes d’examens inutiles et désagréables. Reste à connaître la date de mise sur le marché de ce nouvel outil que l’équipe de chercheurs espère pouvoir bientôt commercialiser.


Déborah L., Docteur en Pharmacie

– Dépistage du cancer de la prostate : des scientifiques développent un test urinaire à faire chez soi. La Provence. Consulté le 5 janvier 2020.

Deborah L.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.