Manger des champignons pour prévenir le cancer de la prostate

Oct 16, 2019 par

Au cours de sa vie, un homme sur huit développera un cancer de la prostate avant l’âge de 75 ans. Mieux connaître les facteurs de risque de cette pathologie peut contribuer à réduire le risque individuel. Récemment, des chercheurs japonais se sont penchés sur le lien entre l’alimentation et le risque de cancer prostatique. Et la consommation de champignons pourrait jouer un rôle.

champignons-cancer-prostate

Le cancer de la prostate et l’alimentation

Les dernières études scientifiques révèlent que l’alimentation pourrait jouer un rôle important dans le développement des cancers. Certains facteurs alimentaires peuvent ainsi contribuer à prévenir l’apparition de différentes tumeurs, notamment :

  • Une consommation importante de fruits et de légumes ;
  • Des apports suffisants en fibres alimentaires.

Plus précisément dans le cas du cancer de la prostate, les études ont montré que la consommation de produits laitiers au-delà des trois produits laitiers recommandés quotidiennement pourrait augmenter  le risque de cancer prostatique.

Mais tout n’a pas encore été étudié et compris sur les liens étroits entre l’alimentation et le risque de cancer.

Des champignons face au risque de cancer prostatique

Dans ce contexte, des chercheurs japonais ont étudié l’influence de la consommation de champignons sur le risque de développer un cancer de la prostate. Les données recueillies ont été collectées auprès de 36 499 hommes japonais, âgés de 40 à 79 ans, et suivis sur une période moyenne de 13,2 ans.

Pour chaque participant de l’étude, les chercheurs ont analysé les données concernant :

  • L’alimentation ;
  • Les antécédents médicaux ;
  • Le niveau d’activité physique ;
  • Le tabagisme et la consommation d’alcool ;
  • Le niveau socio-économique.

Les participants de l’étude ont été classés en cinq groupes, en fonction de leur consommation de champignons. Sur l’ensemble des participants, 1 204 cas de cancer prostatique ont été observés au cours de la période de suivi.

Les champignons et une alimentation équilibrée

Par rapport aux participants consommant des champignons moins d’une fois par semaine, les consommateurs réguliers de champignons (une ou deux fois par semaine) présentaient un risque de cancer prostatique réduit de 8 %. Cette diminution du risque était encore plus flagrante pour les gros consommateurs de champignons (au moins 3 fois par semaine), avec une baisse du risque de 17 %.

Selon ces données, la consommation régulière de champignons pourrait exercer un effet préventif contre le cancer de la prostate. Cet effet serait optimal chez les hommes âgés de plus de 50 ans. Pour les auteurs, cet effet bénéfique des champignons pourrait être lié à la présence de substances anti-oxydantes dans les champignons consommés.

Si une alimentation équilibrée est recommandée pour minimiser le risque global de cancer, il semble que les champignons pourraient contribuer à la prévention du risque de cancer prostatique. Toutefois, ces résultats restent à confirmer, sur d’autres populations, d’autres types de champignons et d’autres régimes alimentaires.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Mushroom consumption and incident risk of prostate cancer in Japan: A pooled analysis of the Miyagi Cohort Study and the Ohsaki Cohort Study. Zhang, Shu and al. 2019. Int J of Cancer. Onlinenibrary. Consulté le 15 octobre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.